top of page
  • Writer's pictureMartial

Kostas Fortounis: Real Leader or a Suit Too Big?


(Note from the editor: original article written in French which features at the bottom)


The first thing that comes to mind when this case is mentioned, relentless. More than 300 appearances for almost 90 goals, 100 assists, six league titles and two Greek Cups. On the scale of Olympiakos and Greek football, Kostas Fortounis has gone beyond being a good player, entering the circle of those who have left their mark on history and minds. The word legend, although very subjective, is not misused either, but everyone will have their own opinion on the matter.


The other side is much more divisive. Sometimes adored, sometimes hated, sometimes criticized, sometimes forgotten, Kostas Fortounis - who will soon celebrate his 31st birthday - is one of those players who can liven up all the debates. All the time and everywhere, whether at Karaiskakis or the other end of Europe, in the Greek football sphere or even just with his club. Because the most lively debates are reserved for the big players.



Unrivaled in Greece…


For my part, I believe that the reality lies between the image that his fierce detractors and his assiduous adulators have of him. Can he be a leader of Olympiakos? Statistically, the answer is clearly YES: his eight assists (as well as three goals) since the start of the season reflect very well the weight he has in this group, but above all his contribution. His pass on the first goal against Topola, for example, clearly proves the magic that drives him. Moreover, his return to business in the middle of last year's mess brought back a little regularity with these ten assists in almost 30 appearances.


At the level of Greece, more generally, Fortounis has always been the spearhead of the team. Multiplying the double-doubles which made the conquest of the Superleague so “easy”, or at least so quick in the course of the season . No one will ever take that away from him and the current season, even without being able to predict the future, seems to be off to a high statistical start. Moreover, over the years, many players have moved to the club and elsewhere in Greece. Some with success, others less despite a stellar CV, but no one has really approached this regularity in providing goals and assists over the duration of a season.



… But For the Rest?


Where my wariness lies is rather on the role taken (or given) by Fortounis. At 30 years old, almost 31, I remain doubtful about his real capacity to guide this team to the summits and especially towards European success worthy of the weight of Olympiakos. Not so much on a sporting level, even if he often tends not to be as influential as that during big matches since the season under Martins when he scored this decisive penalty against Milan after a very good Europa League campaign 2018-2019.


Rather on the emotional side, on this experience of great moments that he ultimately has very little in Europe with the club (not to mention the selection, even if he doesn't have much to do with it): The majority of his goals and assists (10 goals and 15 assists in the Europa or Champions League) come from the elimination phases with the exception of a goal against Young Boys and against Anderlecht. This is not to say that his importance is not real, as it was this summer, but he is missing that little something which would make him an undisputed legend like the string of players who passed before him by the club and who engraved their name in minds.


Unlike Valbuena, for example (someone in a similar position), who built himself alone, through adversity - and who seemed to be made for Olympiakos from his first seconds under the red and white jersey with some very great moments in the BIG meetings - the natural leadership of Fortounis is far from being obvious, at least to mine. This legitimacy which is obvious in Greece does not really exist in Europe and this is seen, I find, at regular intervals. Moreover, Pedro Martins built a good part of his legacy (which was quickly shattered) here without Fortounis (certainly due to injury, but not only that) and that is not insignificant. Would we have seen Olympiakos as dominant with Fortounis at this time? Everyone will have their own opinion, again. The critiques from his former teammates, very often inclined to imply that he is lazy, are not insignificant either.


Know How to Take Advantage of Your Shape


But all this, ultimately, remains incidental: no one will ever agree on it, and such is life. Let's just try not to sew him a costume that's too big to wear, that of leader of such a demanding club, nor to make him a permanent scapegoat. He is neither, just an often decisive offensive player who plays in HIS club and who does not always seem to manage well or feed off the mistrust that surrounds him.


Nuance, a term soon to disappear in this footballing era, must also apply to its subject. As with that of his contract which expires in June 2024 and which will have to be looked into: can we let Fortounis leave like that, without assurance of properly replacing him? No. But should we reassess it upwards, both in terms of salary and contract duration? Good question. Recent mistakes should also serve as a lesson, even for Fortounis.


Finally, I would say that what should motivate us, we Olympiakos fans, is still satisfaction. That of seeing a player who has suffered two major injuries return to his best level at 30 years old. That of seeing a player finally freed from these useless international breaks with an Ethniki Omada who no longer does anything. That of asking the question of whether or not he is necessary for the team as he approaches 10 assists in October. That of saying that all the Greek teams would like to have him in their eleven. And that’s not bad, right?


-----


Kostas Fortounis : vrai leader ou costume trop grand ?


La première réalité, celle qui vient aux yeux quand ce cas est évoqué, semble implacable : plus de 300 apparitions pour presque 90 buts, 100 passes décisives, six titres de champion et deux coupes de Grèce. À l’échelle de l’Olympiakos et du football grec, Kostas Fortounis a dépassé le simple stade de bon joueur, entrant dans le cercle de ceux qui ont marqué l’histoire et les esprits. Le mot légende, bien que très subjectif, n’est pas non plus usurpé, mais chacun se fera un avis sur la question.


Mais l’autre facette, elle, est bien plus clivante. Tantôt adulé, tantôt haï, tantôt critiqué, tantôt oublié, Kostas Fortounis - qui va bientôt fêter ses 31 ans - fait partie de ces joueurs qui animent tous les débats. Tout le temps et partout, au Karaiskakis comme à l’autre bout de l’Europe, du moins dans la sphère footballistique grecque, et pas qu’avec son club. Car aux grands joueurs sont réservés les débats les plus vivaces.


Inégalé en Grèce…


Pour ma part, j’estime que la réalité se situe entre l’image que ses détracteurs féroces et ses adulateurs assidus ont de lui. Peut-il être un leader de l’Olympiakos ? Statistiquement, la réponse est clairement OUI : ses huit passes décisives (ainsi que trois buts) depuis le début de saison traduisent très bien le poids qu’il a dans ce collectif, mais surtout son apport. Sa passe sur le premier but face à Topola, par exemple, prouve bien cette magie qui l’anime. D’ailleurs, son retour aux affaires au milieu du bordel de l’an dernier avait ramené un peu de régularité avec ces dix passes décisives en presque 30 apparitions.


Au niveau de la Grèce, plus globalement, Fortounis a toujours été le fer de lance de l’équipe, multipliant les double-double qui ont rendu la conquête des Superleague aussi “facile”, ou du moins aussi rapide dans le déroulé de la saison. Personne ne lui enlèvera jamais cela et la saison actuelle, même sans pouvoir prédire le futur, semble partie sur des bases statistiques élevées. D’ailleurs, avec le recul des années, beaucoup de joueurs sont passés au club et ailleurs en Grèce. Certains avec succès, d’autres moins malgré un CV ronflant, mais personne n’a réellement approché cette régularité dans l’apport de buts et de passes décisives sur la durée d’une saison.


… mais pour le reste ?


Là où se situe ma circonspection est plutôt sur le rôle pris (ou donné) par Fortounis. À 30 ans, bientôt 31, je reste dubitatif sur sa capacité réelle à guider cette équipe vers les sommets et surtout vers une santé européenne digne du poids de l’Olympiakos. Pas tant sur le plan sportif, même s’il a souvent tendance à ne pas être aussi influent que ça lors des grands matchs depuis cette saisons sous Martins où il avait inscrit ce penalty décisif face au Milan après une très belle campagne d’Europa League 2018-2019.


Plutôt sur le côté émotionnel, sur ce vécu des grands moments qu’il n’a finalement que très peu en Europe avec le club (sans parler de la sélection, même s’il n’y est pas pour grand-chose) : la majorité de ses buts et passes décisives (10 buts et 15 passes décisives en Europa ou Ligue des Champions) viennent des phases éliminatoires à l’exception d’un but face aux Young Boys et face à Anderlecht. C’est-à-dire que son importance est réelle, comme elle le fut cet été, mais il manque ce petit quelque chose qui en ferait une légende incontestée comme la ribambelle de joueurs passés avant lui par le club et qui ont gravé leur nom dans les esprits.


À l’inverse d’un Valbuena, par exemple (et pour reprendre quelqu’un au poste similaire), qui s’est construit seul, dans l’adversité - et qui a semblé être fait pour l’Olympiakos dès ses premières secondes sous le maillot rouge et blanc avec quelques très grands moments dans les GRANDS rendez-vous - le leadership naturel de Fortounis est loin de sauter aux yeux, en tout cas des miens. Cette légitimité qui crève les yeux en Grèce n’existe pas vraiment en Europe et cela se voit, je trouve, à intervalles réguliers. D’ailleurs, Pedro Martins a construit une bonne partie de son héritage (qui a vite volé en éclats) ici sans Fortounis (certes sur blessure, mais pas que) et ça n’a rien d’anodin. Aurait-on vu un Olympiakos aussi dominant avec Fortounis à ce moment ? Chacun se fera son avis, là encore. Les messages subliminaux de ses anciens coéquipiers, très souvent enclins à sous-entendre qu’il est fainéant, ne sont pas anodins non plus.


Savoir profiter de sa forme


Mais tout ceci, finalement, reste accessoire : personne ne sera jamais d’accord à son sujet, et ainsi va la vie. Essayons juste de ne pas lui coudre un costume trop grand à porter, celui de leader d’un club aussi exigeant, ni d’en faire un bouc émissaire permanent. Il n’est ni l’un ni l’autre, juste un joueur offensif souvent déterminant qui évolue dans SON club et qui ne semble pas toujours bien gérer ni se nourrir de la défiance qui l’entoure.


La nuance, terme bientôt disparu dans cette époque footballistique, doit aussi s’appliquer à son sujet. Comme à celui de son contrat, d’ailleurs, qui arrive à expiration en juin 2024 et sur lequel il faudra se pencher : peut-on laisser partir Fortounis comme ça, sans assurance de bien le remplacer ? Non. Mais doit-on le réévaluer à la hausse, tant en salaire qu’en durée de contrat ? Bonne question. Les erreurs récentes doivent aussi servir de leçon, même pour Fortounis.


Pour finir, je dirais que ce qui doit nous animer, nous fans de l’Olympiakos, reste encore la satisfaction. Celle de voir un joueur ayant enchaîné deux grosses blessures revenir à son meilleur niveau à 30 ans. Celle de voir un joueur enfin débarrassé de ces trêves internationales inutiles avec une Ethniki Omada qui ne fait plus rien. Celle de se poser la question de savoir s’il est nécessaire ou non à l’équipe alors qu’il approche des 10 passes décisives en octobre. Celle de se dire que toutes les équipes grecques aimeraient bien l’avoir dans leur onze. Et c’est déjà pas mal, non ?




0 comments

Comments


bottom of page