• Martial

Apollon-Olympiakos : bien lancer l’année



Après six premiers mois contrastés, ce premier déplacement de l’année civile est l’occasion de démarrer 2022 du bon pied, mais aussi pour certains joueurs de saisir leur chance et de montrer au coach qu’il peut compter sur eux.


Dans le football comme ailleurs, les absents ont toujours tort. Cet adage résumerait bien ce début d’année 2022 côté Olympiakos, puisque le club doit composer avec cinq joueurs partis à la CAN, à savoir Cissé, Aguibou Camara, Onyekuru, Garry Rodrigues et Pierre Kunde. Si tous ne sont pas indiscutables, les deux premiers cités vont laisser un petit vide dans le onze de départ que d’autres vont devoir combler.


Et c’est bien là que réside l’intérêt de ce déplacement chez l’Apollon Smyrnis, formation de bas de tableau. Les trois points, bien sûr, restent la motivation principale. Mais savoir qui Pedro Martins va mettre d’entrée - que ce soit en défense centrale (tenter de relancer Ba ? Intégrer progressivement Manolas ?), dans le cœur du jeu (Valbuena ? Lovera qui revient de prêt) ou sur l’aile (Vrousai) - pour construire son équipe est sans doute un peu plus intéressant pour la suite.

Car la deuxième partie de saison qui s’annonce devra logiquement fournir quelques réponses suite à ces premiers mois pour le moins chaotiques vécus par le club, avec un recrutement plutôt décevant et des prestations en-deçà des attentes malgré un bilan comptable très satisfaisant. Surtout avec la perspective de la double-confrontation face à l’Atalanta en Europa League, où il faudra présenter un tout autre visage pour ne serait-ce que caresser l’espoir d’une qualification. Et avec la perspective, aussi, d’une épidémie de Covid qui repart fortement à la hausse, avec des cas qui peuvent frapper à tout moment et qui nécessitent donc de maintenir ce groupe assez fourni concerné au maximum.


Manolas et Lovera, les deux attractions


Cette première sortie de 2022, toutefois, revêt une importance particulière et symbolique : celle du retour (potentiel) de Kostas Manolas sur les terrains grecs. Débarqué de Naples à la fin décembre, le défenseur central n’est sans doute pas à 100% encore, mais est appelé à vite avoir du temps de jeu, puisque Cissé, le taulier de la défense, a rejoint le Sénégal pour disputer la CAN.


Autre curiosité : Maxi Lovera. Désormais affublé du numéro 9, rendu vacant suite au départ de Hassan cet été, l’Argentin revient d’un prêt sur sa terre natale moyennement concluant. Mais compte tenu des absences, de son profil et de l’investissement initial, nul doute qu’il aura une deuxième chance sur ces premières semaines. À lui de la saisir, pour bousculer la hiérarchie pendant qu’Aguibou Camara tentera de briller avec la Guinée. Car à l’Olympiakos plus qu’ailleurs, sans doute, tout peut aller extrêmement vite.


0 comments

Recent Posts

See All